Interview de Virginie Pierru – Joinville

Virginie Pierru
référente technique de la micro-crèche Joinville

Bonjour Virginie, pouvez-vous nous parler de votre parcours ? Comment devenir référente technique de la micro-crèche Joinville ?

Ça remonte à loin ! J’ai commencé à 19 ans en tant qu’auxiliaire de puériculture dans les hôpitaux de Paris dans la fonction publique, puis je suis devenue éducatrice des jeunes enfants et ensuite directrice pendant 17 ans. J’ai pu apprendre beaucoup sur le terrain, en pédiatrie, aux urgences, en chirurgie dans des secteurs assez lourds, en néonat… et aujourd’hui à la micro-crèche Minilions Joinville. C’est un secteur où on apprend plein de choses.

POURQUOI AVOIR CHOISI CE MÉTIER ?

Je l’ai choisi à 13 ans, le jour où j’ai eu mon neveu dans les bras. Ma sœur me l’a déposé au creux de mes bras et j’ai dis : « voilà ce que je veux faire et rien d’autre ». Ça a été une révélation, je voulais m’occuper des bébés !
L’humain, je ne peux pas. L’adulte m’insupporte ! [rire] Je n’aime que les enfants. Avec les plus petits de 0 à 2 ans, en crèche, tout est sincère. Quand ils vous disent « t’es belle », c’est vrai, quand ils vous disent « t’es moche », c’est vrai aussi ! Quand ils font un câlin, c’est qu’ils en ont vraiment envie… Tout est vrai et tout est sincère. Il n’y a pas de manipulation. C’est pour ça que j’ai toujours aimé travailler avec les enfants. Alors qu’en maternelle déjà, ils commencent à mentir. Il y a déjà un truc qui se met en place et ça je ne peux pas. C’est vraiment les bébés, la maternité, la pédiatrie et la crèche… c’est un secteur où je me régale vraiment.

QUELLES SONT VOS MISSIONS AU QUOTIDIEN ?

Je m’occupe du management. Que tout se passe le mieux possible dans la structure, avec l’équipe, avec les parents, bien dialoguer, se dire les choses pour que tout avance bien. Faire en sorte qu’il y ait une bonne attente et une bonne écoute.
Nous ne sommes que 4 adultes dans la micro-crèche. C’est comme un appartement ici, nous sommes H24 ensemble, du matin au soir. Il faut savoir se dire les choses et ça se passe très bien !

Pour moi le principal est que le parent passe une bonne journée, qu’ils partent avec l’esprit tranquille et en général, c’est ce qui se passe. Si la séparation avec l’enfant se fait bien, le parent passe une bonne journée. C’est ma priorité et pour l’équipe aussi !

À QUOI RESSEMBLE UNE JOURNÉE TYPE en micro creche MINILIONS ?

La journée type commence avec l’arrivée progressive des parents, échelonnée de 7h30 à 9h30, car ils ont tous des horaires différents. Puis viennent les activités.

Ma grande phrase c’est « proposer sans imposer » !

Ça veut dire que si l’enfant veut, il fait, s’il n’a pas envie, il fait autre chose.
La semaine dernière, par exemple on a fait un gâteau avec les enfants. Ils l’ont préparé puis mangé au goûter. Il y avait un des enfants qui ne voulait pas participer, ni faire, ni toucher, ni mettre sa petite charlotte sur la tête. Du coup on le laisse : il a regardé et observé. Peut-être que la prochaine fois il aura envie de participer !
C’est pareil pour le repas. Si on voit qu’un enfant ne veut pas trop manger le midi, on ne le force pas, on n’insiste pas, il mangera mieux au goûter. On lui met une petite compote supplémentaire par exemple, si on voit qu’il a vraiment très faim.
En fait il faut s’adapter et être vraiment à l’écoute de l’enfant. Pour nous, le but, c’est que l’enfant se sente bien et que les parents également. Si tout le monde va bien, tout se passe bien. Toujours proposer mais sans forcer : on s’adapte à chaque enfant !

Partager sur :