ZOOM D’UNE DE NOS PROS SUR… LA MOTRICITÉ LIBRE

 

Vous nous avez très certainement déjà entendu parler de « motricité libre ». Savez-vous de quoi il en retourne ?

Marine Vandenaverne, référente technique de la micro-crèche Minilions de Beauvais, a souhaité vous décrire ce concept et vous expliquer en quoi il est primordial pour elle.

 

QU’EST-CE QUE LA MOTRICITÉ LIBRE ?

Ce concept a été développé dans les années 60 par la pédiatre Emmi Pikler qui l’applique dans la pouponnière qu’elle fonde à Budapest et qui s’appelle « l’institut Loczy ».

Cela consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements afin de découvrir son corps, l’environnement qui l’entoure et de développer ses capacités motrices sans l’intervention directe de l’adulte. La notion de confiance en soi s’acquiert d’autant plus vite car c’est l’enfant qui décide de développer et de tester de nouvelles positions.

Pour cela le professionnel aménage l’environnement en fonction de l’âge de l’enfant et de ses acquisitions.

 

ET D’UN POINT DE VUE PLUS CONCRET ?

 

Les bébés sont placés sur le dos au sol, sur des tapis avec tout autour des jeux de différents textures/matières/formes/sons qui vont l’aider à explorer le monde et ses capacités physiques en toute sécurité.

 

 

Chez les plus grands ayant acquis la marche, l’exploration se fait par l’utilisation de parcours moteurs, de vélo, de jeu de balles mais aussi par le développement de la motricité fine. Il s’agit d’activités telles que des jeux d’encastrement, de construction ou du dessin.

 

Que ce soit pour les bébés ou les plus grands, l’adulte est présent en tant qu’observateur et encourage l’enfant dans ses découvertes. Il a également un rôle d’encadrant/enseignant puisque c’est lui qui met en place l’activité et qui fait le choix des éléments environnementaux en fonction de l’âge, la personnalité ainsi que l’évolution de l’apprentissage de l’enfant. Une fois la situation lancée, il n’intervient qu’en cas de difficultés ou dans une situation de danger.

Cette pédagogie est beaucoup utilisée dans le monde de la petite enfance et notamment chez Minilions, dans nos pratiques au quotidien.

Un des exemples simples que j’aime utiliser pour illustrer ce concept auprès des parents de nos crèches est celui du mobilier. En effet, nous n’utilisons ni chaises hautes ni transats dans nos micro-crèches Minilions car cela entrave les mouvements de l’enfant qui n’est pas libre de bouger comme il le souhaite. Aussi, nous ne mettons pas l’enfant dans une position qu’il n’a pas acquise et dont il ne peut se défaire seul. Au travers de l’aménagement de l’espace et des différents espaces créés, nous lui permettons de se mouvoir en toute liberté et de développer ses propres capacités physiques.

Partager sur :